Mon cheminement

La vie m’a offert des défis qui m’ont amené à analyser en profondeur la façon dont je l’abordais.

Tout d’abord, ma façon de créer du lien et de gérer mes émotions. Précédemment, je bloquais toute émotion. C’était tellement plus simple ! Le seul problème à ce mode de fonctionnement, c’est qu’en bloquant toute émotion, je ne pouvais pas entrer en empathie avec l’autre. Du coup, j’étais en lien de façon très superficielle. Lorsque je me suis ouverte à mon ressenti, j’ai compris que je m’étais coupée de ce qu’il y a, sans doute, à la fois de plus humain et de plus beau, notre fragilité.

Alors, oui, ça n’a pas été simple. J’ai dû vivre la douleur, celle qui déchire. Les thérapeutes l’appellent communément la troisième souffrance. Celle qui nous fait aller en profondeur dans le ressenti de nos émotions.

Pourquoi l’appeler troisième souffrance ?

  • Car la première souffrance est celle du choc de l’événement; la deuxième, celle qui nous sépare de l’être aimé ou tout simplement ce qui n’est plus; et la troisième ? Celle que l’on peut revivre avec un thérapeute. L’expérimenter m’a tout simplement permis de vivre la douleur, et de ne pas l’enterrer pour mieux la transcender.
  • Nous nous interdisons trop souvent de vivre la tristesse car nous nous devons d’être fort, de ne rien montrer mais à quel prix ? Les émotions que nous n’exprimons pas restent en nous et nous polluent au quotidien sans que nous nous en apercevions.

Avec du recul, je peux dire, aujourd’hui, que cette troisième souffrance est le lieu de la renaissance, celui de la béatitude, de la communion avec les êtres humains.

Boris Cyrulnik, souligne dans son livre, un merveilleux malheur, que « quand un grain de sable pénètre dans une huître et l’agresse au point que, pour s’en défendre, elle doit sécréter la nacre arrondie, cette réaction de défense donne un bijou dur, brillant et précieux ».

Aujourd’hui, cette perle, c’est ma force. Elle me permet de vous accompagner dans le lien et l’empathie. Je vous aide à accueillir et à comprendre vos émotions sans me substituer à votre thérapeute.

J'aimerais partager cette page ...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn